7 bonnes raisons de suivre « Mamiwata » sur Canal + (No spoil)

Hey Love !

Si tu as été actif sur les réseaux sociaux cette semaine, tu as dû observer que Canal + Gabon était en pleine promotion de la nouvelle série Canal+ Original Mamiwata. Une série réalisée par la gabonaise Samantha Biffot à qui l’on doit des pépites telles “ Parents mode d’emploi” ou encore “Kongossa Télécom”. 

Notre Shonda Rhymes nationale, grâce à l’accompagnement de Canal + international,  nous propose cette fois  une série type mi polar mi thriller dont le titre est évocateur et ne saurait nous laisser indifférent : Mamiwata,le mystère d’Iveza. Mamiwata, cette divinité des eaux dont le simple nom nous donne le frisson.

J’ai eu la chance de compter parmi les invités à l’avant-première et j’ai donc pu voir le premier épisode de la série. J’ai donc décidé de vous donner 7 bonnes raisons de suivre Mamiwata ce 15 novembre à 20h30 sur Canal + Première.

1- La qualité des images et des dialogues

C’est la première chose quand je regarde un film ou une série. Et je peux vous garantir que la qualité des prises de vue est exceptionnelle. On se croirait devant un film de cinéma. Les textes également sont de qualité. Le langage n’est ni trop soutenu, ni trop familier. J’ai souvent eu du mal avec les séries gabonaises où les acteurs ont un langage limite “ordurier”. Oui j’exagère mais vous m’avez compris. Trop d’argot tue l’argot.

La série a reçu le trophée d’argent au Fespaco. Cela en dit long sur la qualité. 

2- Les références culturelles

Vous connaissez le sentiment d’appartenance que l’on ressent quand on regarde une série africaine sur Netflix et que l’on reconnaît des coutumes ou habitudes similaires aux nôtres? Cette petite fierté face à notre représentativité à l’écran. Eh bien, c’est exactement le ressenti que vous aurez souvent en regardant “Mamiwata”. La série est pleine de références à notre culture, nos us et coutumes, nos expressions, nos “choses”… 

Si Samantha Biffot voulait qu’on s’approprie cette série, eh bien c’est très réussi.  

3- Un casting  impressionnant

Le casting de Mamiwata est un melting pot de talents connus et même inattendus. L’actrice principale par exemple, Olivia Biffot qui incarne Oliwina, est peu connue des téléspectateurs gabonais. Pareil pour Ivane Izangaud, ce librevillois qui ne va pas laisser indifférente la gente féminine (lol).On y retrouve également des valeurs sûres comme l’illustre pionnier Jean-Claude Mpaka ou encore l’habituée des studios Montparnasse Marie Michelle Zwank.

4- Des thèmes importants

En regardant le premier épisode j’ai eu le plaisir de découvrir des thèmes très actuels de notre société comme le conflit des générations, le laxisme de nos administrations, la réappropriation culturelle… Sans oublier que la série tourne autour de la disparition d’un garçon et l’apparition de 5 cadavres d’enfants dans la mer. Ce qui m’a fait pensé à tous les crimes dits rituels dont on ne sait toujours qui sont les auteurs. 

5- La solidarité gabonaise à l’antenne

L’équipe de Mamiwata est composée d’une pléthore de talents reconnus du cinéma et de l’audiovisuel gabonais. D’ailleurs Samantha Biffot s’est entourée des meilleurs. Elle était accompagnée Olivier Messa, Van Mabadi, Jérémie Tchoua, Donald Angoué et pleins d’autres encore. 

Si vous croyez que les Gabonais n’étaient pas capables de travailler ensemble  

6- Une avant-première exceptionnelle

Mamiwata a eu une promo hors du commun. Avec une avant-première digne d’un film rocambolesque de eNews. Bon là je déborde clairement. Mais c’était quand même vachement sympathique comme événement. Et pour la première, médias et blogueurs étaient au même niveau de considération. Influenceurs, artistes et créateurs de contenus ont été conviés. Jusqu’à présent seul Airtel Gabon semblait toujours associer les acteurs du web dans leur communication.

Cela mériterait presque un article sur le marketing d’influence au Gabon. Mais ça c’est une autre histoire…

7- Une p’tite dame aux commandes

Et pour finir, j’aime raconter les histoires de p’tites dames qui font bouger les lignes. Et Mamiwata c’est le fruit du travail d’une p’tite dame qui fait bouger les lignes. Samantha Biffot s’inscrit avec brio dans l’histoire et même le patrimoine audiovisuel gabonais. Un domaine où il n’y a pas beaucoup de femmes. Et si on suivait juste cette série pour pousser et encourager cette femme? En espérant que son succès inspire de nombreuses jeunes femmes à travers le Gabon, et même l’Afrique. 

Mesdames et messieurs, ce lundi 15 novembre 2021 à 20h30, Mamiwata s’incruste dans nos écrans sur Canal + première. Soyez au rendez-vous. 

Allez, tchuss.

Auteur : Malvyna

Petite dame gabonaise de 1m59, Consultante en Communication d'entreprise. Beauty addict, amoureuse de cheveu crépu, féministe sur les bords, fan de Rnb des 90's et 00's Pleine d'amour et d'eau fraîche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s