Les femmes de plus de 25 ans n’assument pas leur âge ?

Il y a quelques mois, je célébrais mes 30 ans en grandes pompes sur mes réseaux sociaux. D’ailleurs j’ai écrit un article pour la circonstance ici. A ce moment, je rendais hommage à ma petite vie sans me soucier du regard des autres. Et c’était sans me douter que je rentrais dans la case “des femmes qui n’ont pas honte de leur âge”. 

La meuf de 30ans de l’année lool

Je vous explique. Des semaines après, plusieurs personnes, des hommes en particulier, ont exprimé leur étonnement quant au fait que je sois à l’aise avec mon âge. Il semblerait que d’après ces messieurs, les femmes de plus de 25 ans n’assument pas leur âge en général.

J’ai commencé à réfléchir sur le sujet et je dois reconnaître que l’approche de mes 30 ans avait été un facteur de stress à un moment. Je me suis dis que ce serait peut-être pertinent de vous étaler ma thèse sur la question. Aussitôt pensé, aussitôt fait. Let’s go !

Age ain’t nothing but a number ?

A la petite enfance, l’âge n’est qu’un nombre. Entre fille et garçon, on ne fait aucune différence selon l’âge des enfants. Les comparaisons ou devrais-je dire les “évaluations sociales” ne commencent qu’à l’entrée à l’école. 

Crédit photo : MB Films

Ayant eu un parcours sans faute, l’âge était pour moi un facteur valorisant dans la considération des autres à mon égard. J’étais souvent la plus jeune de la classe, la petite intello de la famille, l’exemple des parents… Je n’avais donc aucune raison d’avoir honte de mon âge. Au contraire, c’était l’arme secrète pour susciter l’admiration.

Pour les mauvais élèves, c’est différent bien sûr. Un élève de 25 ans en terminale sera toujours considéré comme moins intelligent, médiocre. 

En tous les cas, le rapport avec l’âge comme outil d’évaluation pour jauger la réussite scolaire d’un enfant existe peu importe le genre. Quand intervient donc le rapport entre l’âge et le genre ?

Plus de 25 ans : l’âge de la pression sociale

A moins de 25 ans, la société nous évalue tous par rapport à notre parcours scolaire. On pourrait s’attendre qu’à plus de 25 ans on nous jauge par notre capacité à prendre soin de nous, à être indépendants, ou à être heureux tout simplement. Mais c’est sans compter sur la société patriarcale dans laquelle nous vivons. A plus de 25 ans, la réussite d’une femme s’établit par sa capacité à être dans une relation aboutissant à un prochain mariage au mieux et avec une capacité à procréer avérée. Et plus le temps passe, plus le chrono de la société nous met en retard.

C’est ainsi que la jeune femme de 25 ans et plus, célibataire et sans enfant, ressent une épée de Damoclès sur sa tête à chaque anniversaire. Les rassemblements familiaux deviennent un tribunal où l’accusée doit répondre aux sempiternelles questions: “tu fais l’enfant quand?”, “tu te maries quand?”, “attention à l’horloge biologique”.

Et ce harcèlement existe, peu importe les accomplissements professionnels réalisés au cours de sa vie de jeune adulte. Bah voyons.

Qu’en est-il des séniors ? 

On pourrait croire que l’obsession de l’âge pourrait s’arrêter aux jeunes femmes trentenaires célibataires et/ou sans enfant. Mais c’est sans compter l’abnégation de quelques sans-gênes qui tiennent à tout prix à nous mettre dans des cases. Les femmes ayant plus de 50 ans sont typées pour avoir un certain look, avoir une attitude digne de leur âge, avoir un compagnon plus vieux… 

Une femme de plus de 50 ans est formatée pour être un exemple de sagesse, pas exubhérante, ni trop vive, pas sexy. Encore moins sexy, car toute forme de sensualité ou sexualité lui est proscrite. Elle ne doit être que sage et maternelle. 

Si beaucoup trouvent leur bonheur dans ce format, quelques-unes font avec, quand d’autres refusent d’être catégorisées. Et le moyen le plus simple au quotidien de fuir cet acharnement est de célébrer son anniversaire sans chiffres. Pour s’affranchir soi-même de ces injonctions sociales et pour que son entourage ne soit pas influencé par son âge.

Les femmes ont-elles honte de leur âge? Non. Elles sont gênées de ne pas correspondre à ce que la société attend d’elles pour leur âge. Mais surtout, elles ne veulent pas que leur rapport avec autrui soit biaisé. Cacher son âge pour elles c’est être libre d’être qui elles sont et donner la liberté aux autres de la voir en tant qu’elle-même. Pas comme une femme de 32 ou 53 ans.. 

Alors si une femme ne souhaite pas mettre en avant son age, respectez ce besoin. Comme disait Aaliyah, “âge ain’t nothing but a number”.

Auteur : Malvyna

Petite dame gabonaise de 1m59, Consultante en Communication d'entreprise. Beauty addict, amoureuse de cheveu crépu, féministe sur les bords, fan de Rnb des 90's et 00's Pleine d'amour et d'eau fraîche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s