Instagram et Facebook ou la crise de l’authenticité chez les jeunes gabonais

On vit à une époque où internet est devenu un besoin primaire. Tout le monde ou presque a un smartphone et des comptes sociaux. Facebook et instagram majoritairement au Gabon. Dans ce monde virtuel, le diktat des likes et des abonnés est venu modifier notre approche des réseaux sociaux. On est passé d’un simple moyen de socialiser facilement, à un moyen de vendre son image auprès de sa communauté. Inconsciemment ou pas.

Et puis ces dernières années, il y a eu la vague des influenceurs. Ce nouveau métier dont tout le monde est à l’affût. Au fur et à mesure on est en train de perdre la beauté de ce monde virtuel qui était une sorte d’exutoire où chacun s’exprimait en statut, en image, en vidéo, et toujours de façon authentique.

L’authenticité, ce truc qui nous rend unique

L’authenticité c’est ce qui nous différencie les uns des autres. C’est ce qui vous rend unique. Elle passe par l’acceptation de soi, de sa différence, de ses goût et même de ses opinions. C’est refuser d’entrer dans le moule de la majorité quand on pense intrinsèquement le contraire. Quitte à ne pas faire l’unanimité. 

On dit souvent qu’il faut de tout pour un monde. Parce que la beauté du monde c’est justement l’ensemble de toutes ces différences. S’inspirer de X ou Y c’est bien mais copier, au point d’en perdre sa propre identité c’est nocif. Et votre authenticité doit se voir dans votre façon de gérer vos réseaux sociaux. 

Exemple tout bête, si on a tous l’air américain sur instagram, comment le Gabon sera représenté ? Une photo d’un bel atanga avec du manioc refléterait plus notre société qu’une fraise avec du chocolat. 

La société fake d’instagram et Facebook

Si 50 millions de personnes disent quelque chose de stupide, c’est tout de même stupide. Rolf Dovelli

Avant les réseaux sociaux, on avait que nos frères et soeurs comme référence. Et il y avait une sorte de “distance” entre nous et les stars, qui ne nous montraient que ce qui était nécessaire. A mon époque, la tendance c’était la bague de chasteté que toutes les stars portaient. On ne savait pas si ils étaient vierges, mais on les croyait lol.

Aujourd’hui les stars font des lives sur insta complètement drogués, et on sait tout du quotidien ultra luxueux de Kylie Jenner. Et ces gens deviennent des exemples.

Les gestes sont devenus limites formalisés : on filme son plat au restau, on est toujours tout beau tout frais, on ne fréquente que des endroits chics… Bref on est tous riches et beaux sur Instagram. 

En vrai ce n’est pas ça le problème. Le problème c’est quand ça devient une norme et que les jeunes finissent par penser qu’il faut être “comme ça”. Et ce complexe tue la créativité.

Un autre exemple, j’ai plusieurs fois lu des commentaires moqueurs sur la maison pas peinte de Andrew le Gaboma. Pourquoi doit-il s’empêcher de se filmer chez lui ?! Au final tout cela participe au charme du personnage. Et quel plaisir ce sera de le voir finir sa maison grâce à son art. C’est aussi ça la beauté de l’authenticité !

Dissocier virtuel et réalité

Ce qui est “bien” chez l’autre ne correspond pas forcément à ta réalité ou à tes valeurs. Donc apprécies, mais ne t’y identifie pas forcément. Ni Facebook, ni Instagram ne sont la vraie vie.

Sur la toile, on a reproché à Jennifer Ondo lors de son bad buzz, d’être une vendeuse d’illusions. Mais en soi, connaissions-nous sa source de revenu ? Son chiffre d’affaires ? Ses contrats ? A quel moment les photos sont devenues un gage de richesse ? 

A une époque j’ai travaillé dans une agence de ressources humaines. On gérait les chauffeurs d’une grosse boîte. Quand tu les croisais en ville dans des Porsche Cayenne, tu pouvais jurer qu’ils étaient riches. Je ne dis pas que c’est le cas des gens sur les réseaux, mais je vous invite à faire attention tout de même.

Une fois, une connaissance m’a interpellé dans la rue et m’a dit ceci “oh pourquoi tu n’es pas maquillée aujourd’hui ? ”. Ça devait faire 2 ans que je n’avais pas vu la meuf dans la vraie vie. Mais grâce à quelques photos sur Facebook (j’en publie pas beaucoup en plus), elle en a conclu que je me maquillais tous les jours dans la vraie vie, et a en quelque sorte idéalisé mon image dans sa tête. Et c’est vers cela qu’on tend de plus en plus. 

C’est mieux d’avoir 100 personnes qui vous aiment énormément plutôt qu’un million de personnes qui vous aiment un peu de loin – B.Chesky

En définitive, soyez qui vous êtes, comme vous voulez être. Sachez différencier le vrai du faux et choisissez bien vos influenceurs. Si la tendance ne vous plait pas, créer la vôtre! Il y aura toujours des gens pour vous suivre, pour votre authenticité alliée à votre créativité. Soyez vous, soyez vrai !

Auteur : Malvyna

Petite dame gabonaise de 1m59, Consultante en Communication d'entreprise. Beauty addict, amoureuse de cheveu crépu, féministe sur les bords, fan de Rnb des 90's et 00's Pleine d'amour et d'eau fraîche.

3 commentaires

  1. La P’TITE DAME merci pour cet article qui rentre dans ma vision des choses car cela m’attriste de voir ce qu’est devenue notre jeunesse… elle a perdu de sa valeur en voulant ressembler à quelque chose qu’elle ne peut pas et ne doit pas être.

    J'aime

Répondre à Karyn Limesse Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s